Au milieu coule l’AMAZONE

Au milieu coule l’AMAZONE

De chachapoya (Nord du Pérou) nous sommes arrivées à Tarapoto, ville bondée, bruyante et grouillante de mototaxis qui n’ont pas la connaissance des piétons.

direction perou

GE DIGITAL CAMERA

Après une nuit dans une chambre insalubre à 15 soles (4€ divisé par 3 personnes!),  nous nous dirigeons vers la communauté de San Antonio de CUMBAZA à 8 dans un petit taxi. Nous sommes logées dans la cabane de Luis parmi les tarentules, cafards géants et 10.000 moustiques (des “Warriors” qui outrepassent vêtements, repellant et moustiquaire!). On est arrivées à CUMBAZA avec d’autres français connus en route afin de prendre connaissance du projet de LUIS qui récolte du matériel scolaire, des jeux et habits pour les enfants de sa communauté.

P1010582image-3

Après un séjour bien dépaysant, l’estomac en vrac on prend la route vers l’Amazonie profonde. A Yurimagua, on embarque sur “la lancha”, sorte de haute péniche bondées de gens et de marchandises en tout genre pour rejoindre IQUITOS, grande cité amazonienne accessible uniquement par avion ou lancha. Le voyage prévu est de 3 jours, 2 nuits, on y passera 4 jours car il faut attendre que la lancha fasse l’aller – retour entre les 3 ports de la ville et se remplisse de marchandises. Vaches, cochons, poulets, voiture, mototaxis, bulldozer, mangues, avocats, riz ,… la cale est enfin chargée! Le second étage de la lancha se remplira rapidement de familles avec matelas, lits pour bébé, casseroles de bouffe (peur que la cantine servant des triples doses dans la gamelle ne leur suffit pas) et chaine hi-fi ! Les 2 gringas ont suivi les instructions, une gamelle et un hamac achetés et on s’insère parmi nos soixante nouveaux amis.  Quelle ambiance!

IMG_7459

IMG_7616

Fatiguées des 4 jours de lancha, on se fraye un chemin parmi les vaches et cochons pour en sortir et mettre pied à Iquitos. On ne s’attendait pas à débarquer dans une ville si immense, cependant, on aurait pu s’en douter vu son exploitation de pétrole et caoutchouc historiquement connue. Le lendemain, on se dirige vers son marché réputé de Bélen; On traverse en pirogue un quartier de maisons sur pilotis et de maisons submergées par l’eau, “la petite venise”. Pas de photos à l’appui car on nous avait dit que c’était dangereux, rien de tout ça, des gens charmants avec qui on papote et visite leurs maisons.  Le marché régale notre curiosité : singes en vie (ouf!), tortues éventrées, museau de vaches,… mais moins notre estomac, nous goutons les “SURIS” = vers au barbecue et oeufs de tortues (non sans le coeur serré, un seul histoire de ne pas mourir stupides mais pas 2x!). *Photo prise sur internet : inondation-a-iquitos

Le lendemain, TRIP & TROC en a déjà assez de la ville et saute dans une pirogue en route vers une communauté sans électricité ni eau courante, “INDEPENDENCIA”.  Dans la pirogue, on se fait invitées chez une dame âgée qui remercie Dieu de nous avoir rencontré ! Impossible de réaliser un troc et lui rendre un service, seul l’échange la ravi. Sa gentillesse effacera la nuit blanche passée dans nos hamacs sans moustiquaire entre les poules et les dix chiens nerveux hurlant à chaque moindre mouvement. Heureusement que nous n’avons pas fermé l’oeil de la nuit, cela nous a permis d’éviter les coups de becs du coq au petit matin ! En route vers LIMA ! Voir l’album photos

IMG_8004

 

1 Comments

  1. Cristobal

    Perú si, Perú no, como si nada : il était une fois dos gringas guapas…
    2 gringas de Cumbaza,
    du quai de Yurimagua,
    2 gringas sur la lancha,
    dos hamac ou matelas !
    bienvenidos a Bordo,
    si, del rio Amazone,
    la gamelle et les mômes,
    cucaracha mosquito !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *